Manou Bouzid, correspondante du Kiosque aux Canards en Tunisie, pense c’est un grand voleur digne d’ArsĂšne Lupin que la Tunisie a en guise de PrĂ©sident.

Mais contrairement au hĂ©ros de Maurice Leblanc qui est un gentleman cambrioleur avec un grand sens patriotique, un certain charme et une certaine moralitĂ©, notre ArsĂšne Lupin n’a aucun honneur, aucune conscience, aucune moralitĂ©, aucun charme et encore moins de sens patriotique.

Il n’a finalement de lien comparatif avec Arsùne, que sa profession à savoir voleur !

Biographie d’un voleur

On ne s’improvise pas voleur

Cette profession, pour y rĂ©ussir, requiert un grand talent ou une grande expĂ©rience c’est comme pour les vieux cons ils sont douĂ©s dans la connerie car ils ont une longue expĂ©rience. Notre Tartour n’a pas de talent, mais il a une grande expĂ©rience dans ce domaine.

Dés sa prime jeunesse il a commencé à voler, voler les idéaux, voler les engagements des autres et ne militant que pour sa paroisse qui se limitait à sa propre personne.

Il se fit passer pour rĂ©fugiĂ© politique en France alors qu’il n’était lĂ  bas que pour gagner sa maigre pitance car Ă  l’époque il ressemblait plus Ă  la fourmi de Lafontaine qu’à la cigale.

ArrivĂ© Ă  la prĂ©sidence il devint plus cigale que cigale n’hĂ©sitant pas Ă  dilapider les deniers de l’état pour paraitre grand, et grand il l’est devenu mais seulement dans sa petitesse.

Le rĂ©veil d’un voleur

Ce jour là, le voleur qui sommeillait en lui se réveilla.

Sans plus attendre, car comme on le sait il est assez difficile de renier son fort intĂ©rieur, il s’empara de la rĂ©volution pour se l’approprier comme s’il en avait Ă©tĂ© l’acteur principal et mĂȘme le seul acteur car il ne lĂ©sine pas dans la dĂ©magogie, lui le dĂ©fenseur des droits de l’homme planquĂ© en France qui n’a vu de la rĂ©volution que les images diffusĂ©es par les mĂ©dias.

Voleur de la RĂ©volution

AprĂšs avoir volĂ© la rĂ©volution et se l’ĂȘtre attribuĂ©e, il devint PrĂ©sident en se vendant aux islamistes qui selon les dire de Mezri Haddad ancien ambassadeur Ă  l’Unesco et ancien ami de notre voleur, les aurait rejoint dĂ©s 1988 chose qu’il a omit de dire Ă  ses militants.

Nous pourrions penser que la faim (et non fin dans ce cas de figure) justifie les moyens et qu’aprĂšs tant de sournoiseries pour atteindre la fonction suprĂȘme, Marzouki dit communĂ©ment le Tartour, dans un sursaut de conscience s’attellerait Ă  aider son pays Ă  aller dans la voie de la dĂ©mocratie.

Mais un voleur reste un voleur, on ne change pas une nature ancrée en soi.

Voleur du peuple

DĂ©s son arrivĂ©e Ă  Carthage il prend la caisse de l’état pour un chĂšque en blanc.

Ce prĂ©sident qui n’a aucune prĂ©rogative a besoin malgrĂ© tout de pas moins que de 26 conseillers, et dans toute cette panoplie, pas un ne lui a conseillĂ© de simplement se taire.

26 conseillers payĂ©s par l’état, c'est-Ă -dire le peuple, 26 conseillers que lui flattent la croupe dans le sens du poil, 26 conseillers qui lui font croire qu’il est l’égal d’Obama ou Poutine et pas un ne lui a dit qu’il n’était que Tartour.

Fort heureusement le peuple ne manque pas de le lui rappeler tous les jours.

Et les dĂ©penses ne s’arrĂȘtent pas lĂ , son Ă©pouse et ses filles rĂ©sidantes en France, il s’y rend rĂ©guliĂšrement toujours sur le compte de l’état. Ces seuls voyages pourraient combler le dĂ©ficit de la Tunisie.

Trouvant l’appareil prĂ©sidentiel pas assez confortable, il lance un appel d’offre via Tunis Air ,qui est au bord de la faillite, pour acquĂ©rir un nouvel appareil plus en phase avec sa fonction suprĂȘme. D’ici peu, il demandera qu’on lui offre Air Force One.

Nous passons sur toutes les aberrations de ce PrĂ©sident Fantoche pour ne parler que de sa derniĂšre frasque qui n’est finalement qu’une farce, une mauvaise farce mais une farce quand mĂȘme qui risque de lui couter trĂšs cher.

Voleur d’archives

Son nouvel ouvrage son livre qu’il a nommĂ© « Le livre noir », oui nous avons un prĂ©sident en fonction qui a le temps d’écrire des livres que personne n’achĂšte, chose que les autres PrĂ©sidents font pendant leur retraite, ce livre fait l’effet d’une bombe.

Non pas qu’il rĂ©vĂšle des secrets qui pourraient changer la face de la Tunisie, car contrairement Ă  ClĂ©opĂątre qui avec un nez plus long aurait changĂ©e la face du monde, rien de ce que dit ou fait notre Tartour ne peut changer quoi que se soit, mais la bombe vient de l’origine des sources qu’il exploite dans ce livre et la façon dont il les exploite.

Les archives nationales sont classĂ©es et ne peuvent ĂȘtre dĂ©voilĂ©es que 30 ans aprĂšs les faits.

Les archives se trouvant au Palais PrĂ©sidentiel et notre Tartour n’ayant rien Ă  faire d’autre que de fouiller la rĂ©sidence de fond en comble pour tuer le temps avant qu’il ne le tue, sort ces archives du coffre et dĂ©cide d’écrire un livre alors qu’il est censĂ© les protĂ©ger conformĂ©ment au sermon qu’il a prĂȘtĂ© devant le peuple.

Voici son sermon : « À moins que cela par une loi soit encadrĂ©, jamais, au grand jamais je ne publierai, quoi que ce soit concernant mes dĂ©tracteurs, Ă  partir des archives du Palais » .

Voleur un jour voleur toujours.

Il s’est accaparĂ© des archives comme Ă©tant sa propriĂ©tĂ© personnelle.

Mais le pire, oui chez nous nous avons pire que le pire, c’est qu’il utilise ces archives sans prendre la peine de les lire.

Il relĂšve tous les noms citĂ©s en vrac journalistes, artistes, opposants et bien d’autres pour les dĂ©crire comme des collaborateurs de Ben Ali son prĂ©dĂ©cesseur dĂ©chu dont il jalouse secrĂštement le pouvoir que celui-ci avait.

Voleur de réputations

Pour simple exemple, car je ne peux tous les citer, dans ses fameuses archives figurait le nom de Samy Ghorbal journaliste Ă  Jeune Afrique.

Ne prenant pas la peine de lire pourquoi le nom de ce journaliste figurait sur une liste, il s’empresse de l’inscrire dans son livre noir qui commence Ă  verdir de bĂȘtises Ă  l’instar du livre vert de feu Kadhafi.

Si lui et ses collaborateurs illettrĂ©s avaient pris la peine de lire juste un peu le pourquoi de ce nom sur cette liste qui Ă©tait en fait une liste noire pour Ben Ali, il s’apercevrait que contrairement Ă  ce qu’il Ă©crit dans son torchon tout juste utile pour essuyer l’arriĂšre train des chiens aprĂšs qu’ils aient fait leurs besoins les nĂŽtres mĂ©ritants mieux que ce livre noir, il saurait que Samy Ghorbal Ă©tait plus dans le collimateur de Ben Ali que dans ses bonnes grĂąces.

Avec un minimum de recherche notre Tartour se serait aperçu que c’est justement Ă  la suite d’un des articles de ce journaliste que le magazine « Jeune Afrique » fut interdit en Tunisie.

Mais isolĂ© dans sa schizophrĂ©nie paranoĂŻaque, il ne se rend pas compte jusqu’à quel point il peut ĂȘtre absurde.

Il va mĂȘme jusqu'Ă  se dĂ©crire comme le seul opposant Ă  Ben Ali en se dĂ©crivant dans une pluie d’éloges et qui vint libĂ©rer son pays du joug d’un dictateur tel un Rambo en mode couscous.

Pensant qu’il a jetĂ© une pierre dans la mare en jetant en pĂąture des noms de soit disant collaborateurs de Ben Ali, il reçut en rĂ©ponse un dĂ©luge de plaintes toutes aussi lĂ©gales et lĂ©gitimes les unes que les autres, plaintes pour vols d’archives, plaintes pour diffamation, plaintes pour atteintes Ă  la vie privĂ©e, et encore bien d’autres.

Moncef Marzouki, qui n’est plus dĂ©putĂ© depuis qu’il occupe la fonction de PrĂ©sident n’est plus bĂ©nĂ©ficiaire de l’immunitĂ© parlementaire et ce livre n'entrant pas dans ses prĂ©rogatives prĂ©sidentielles, il n’est pas non plus immunisĂ© pour ce cas de figure car la mini constitution provisoire en attendant la constitution dĂ©finitive, ne prĂ©voit pas d’immunitĂ© pour le PrĂ©sident provisoire.

Il peut encourir jusqu’à deux ans de prisons, pour le seul vol d’archives, mais avec les diffĂ©rentes plaintes, le cumul est Ă©norme.

Se pavanant comme un paon faisant la cour, il referma bien vite l’éventail de sa queue et annula la confĂ©rence de presse dans laquelle il devait prĂ©senter ce livre qui contrairement Ă  un livre historique, n’était Ă©crit que pour flatter son Ă©go dĂ©mesurĂ© en mal de reconnaissance.

Les plaintes pour diffamations ne se comptent plus, en fait pratiquement une par nom citĂ© car toute personne ayant trouvĂ© son nom dans ce livre, qu’elle soit impliquĂ©e ou non avec l’ancien rĂ©gime, peut intenter un procĂšs contre la prĂ©sidence de la rĂ©publique la source de ce livre Ă©tant les archives qui devaient rester secrĂštes pendant 30 ans..

Ce livre jette en pĂąture au peuple qui a besoin de coupables tout dĂ©signĂ©s pour Ă©vacuer leurs colĂšres, des personnes auxquelles la justice tunisienne ne leur reproche rien en l’état actuel des choses. Il fustige les soit disant collaborateurs de Ben Ali oubliant que lui seul a le pouvoir de demander son extradition, chose qu’il n’a jamais faite.

Jamais dans l’histoire du monde, aucun autre PrĂ©sident ne s’est comportĂ© de la sorte pas mĂȘme Ben Ali lui-mĂȘme.

Voulant se faire passer pour Jeanne d’Arc la pucelle, il espĂšre avec ce livre se racheter une virginitĂ© en se faisant greffer un hymen emprunter Ă  l’une des filles trotteuses du Bois de Boulogne, opĂ©ration qui s’avĂšre assez hasardeuse vous en conviendrez comme moi.

Tartour à lui tout seul incarne la trahison, la bassesse, l’ignominie de ce que peut contenir la race humaine.

Il vient de dĂ©passer les bornes de l’inadmissible mĂȘme pour un pays en Ă©tat de dĂ©crĂ©pitude comme l’est la Tunisie.

Depuis l’annulation de sa confĂ©rence de presse et le tsunami des plaintes, notre Tartour se fait petit et se terre Ă  Carthage, ce qui pour le peuple est toujours ça de gagnĂ©.

Aujourd’hui est un jour de grande tristesse, un jour oĂč le monde a perdu l’icĂŽne de l’humanitĂ© tout entiĂšre Nelson Mandela.

Notre Tartour toujours en mal de reconnaissance et afin de s’associer Ă  l’Aura de Mandela, en profite pour se mettre en avant et dĂ©crĂ©ter Samedi jour de deuil national en Hommage Ă  Madiba, il devrait aussi y associer le deuil de son siĂšge par anticipation.

Marzouki tu es loin de Mandela, tu n’arrives mĂȘme pas Ă  l’ombre de son chien (Brel), contentes toi de quitter la PrĂ©sidence tu ferais au moins preuve d’un minimum de fiertĂ©.

Madiba repose en paix.

Marzouki voleur de haut vol
Retour Ă  l'accueil